retour

Alexej von Jawlensky

1864, Torjok (Russie) – 1941, Wiesbaden (Allemagne)

– 1898 : Alexej von Jawlensky commence sa carrière de peintre à Saint-Pétersbourg.

– 1903 à 1907 : il vit partiellement en France, où, influencé par les néo-impressionnistes et les fauves – Matisse en particulier – il crée des portraits et des natures mortes aux somptueuses couleurs.

– 1909 : il prend part avec Kandinsky à la fondation d’un groupe artistique, la Neue Kunstlervereinigung (NKV), qui tient sa première exposition à Munich et donne naissance en 1912 au groupe nommé Der Blaue Reiter (Le Cavalier Bleu) formé autour de Kandinsky.

– 1916 : début de la série des Têtes mystiques. Alexej von Jawlensky est passé dans la mémoire collective grâce à ces œuvres. Il y représente des visages qui se résument à des aplats de couleurs pour les yeux, le nez et la bouche ; le tout cerclé de traits qui figurent le visage et le cou.

– 1918 : début des Têtes abstraites.

– 1921 : il s’installe définitivement en Allemagne et concentre son œuvre sur des variations peintes sur carton : paysages imaginaires, têtes de femmes réduites à quelques signes. Les visages ont dorénavant les paupières closes.

Par la suite, il lie ce type de représentations primitives qui l’obsèdent à une tradition russe mystique. Ces Méditations sont poursuivies dans les années 1930, avec des tons atténués et des cernes amenuisées qui se transforment en traits.

Alexej von Jawlensky a créé un archétype de la face humaine, composé d’un visage en U et d’une coiffure en triangle, marqué par des yeux clos, symboles de l’introspection.