retour
50e ANNIVERSAIRE DE LA GALERIE HADJER
Au cœur du Faubourg-Saint-Honoré, à proximité immédiate du Palais de l’Élysée, la Galerie Hadjer présente une sélection raffinée de l’art du textile, constituée de tapis anciens et modernes ainsi que de précieuses tapisseries des XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles.

Fondée en 1966 par Jacques Hadjer et ses fils Reynold et Gérard, la Galerie Hadjer est alors spécialisée dans le commerce de tapis anciens.C’est Reynold, l’aîné, qui dans les années 80, très vite rejoint par sa fille Emmanuelle, prend la direction de l’entreprise familiale et crée le département de tapisseries anciennes.

Reynold devient au fil des ans l’une des personnalités incontournables du monde des arts. Reconnu et sollicité par ses pairs, il exporte ses trouvailles aux quatre coins de la planète, faisant ainsi le bonheur d’une clientèle internationale avisée et passionnée.

En cette période de pleine effervescence artistique, cet esthète fréquente – tant par goût que par nécessité professionnelle – les lieux où s’exposent les trésors de l’art moderne ; galeries d’art, musées, salles de ventes aux enchères… C’est cette proximité enivrante des œuvres de grands maîtres qui inspira à Reynold Hadjer sa collection idéale.

Parti prématurément en 2007, son rêve demeure… Ses enfants, Emmanuelle et David, reprennent les rênes de la galerie. De leur collaboration naît le département moderne et contemporain, dédié aux œuvres textiles des grands maîtres.

Afin de célébrer le 50e anniversaire de la Galerie Hadjer, ils décident de donner vie à la collection imaginée par leur père, qu’ils baptisent HADJER66, date de la création de la galerie.

La collection HADJER66 réunit dix œuvres textiles de grandes dimensions, magistralement réalisées, pouvant être exposées indifféremment sur les murs en tant que tapisserie ou au sol sous la forme de tapis.

Chacune de ces dix œuvres est éditée en huit exemplaires numérotés de un à huit.

LE CHOIX DES ARTISTES
Si le choix des artistes est celui de Reynold, le père, qui avait inclus dans sa dream list, entre autres maîtres de l’art moderne, Robert Delaunay, Alexej von Jawlensky, Wassily Kandinsky, Paul Klee, Amedeo Modigliani et Piet Mondrian ; le choix des œuvres est, lui, déterminé par Emmanuelle et David Hadjer, ses enfants.

Après de longues recherches et des discussions passionnées, l’ébauche d’une collection conforme aux goûts et à la sensibilité des deux galeristes se dessine. Cette première sélection affinée, la série des dix œuvres appelées à être présentées dans une version textile est arrêtée.

LA SÉLECTION DE L’ATELIER
L’étape suivante est la sélection de l’atelier capable de relever pareil défi, artistique et technique, en réalisant cette collection d’exception dans le plus grand respect des œuvres originales.

Différents ateliers sont alors approchés, de l’Inde à la Chine en passant par la Turquie et l’Iran. Finalement, la France remporte les suffrages grâce aux exceptionnelles qualités de la Manufacture de Bourgogne.

Professionnalisme et sensibilité artistique de ses dirigeants, savoir-faire et dextérité de ses compagnons, qualité unique des laines utilisées, précision et subtilité de la sélection des teintures, sont autant de critères décisifs qui imposèrent ce choix.

LA CRÉATION
Chaque œuvre est d’abord reproduite sous la forme d’un dessin à la main à «l’échelle réduite». Le dessin est ensuite reporté sur un support, dénommé «toile de tuft», coupé aux dimensions de l’œuvre à réaliser.

Au sein de la collection HADJER66, les formats varient de 180 cm x 250 cm à 300 cm x 385 cm.

La laine, importée de Nouvelle-Zélande – soigneusement sélectionnée pour sa souplesse et sa solidité – est la matière première de ces œuvres textiles. De couleur écrue, elle est livrée brute et doit ensuite être teintée, le nombre de couleurs employées dépendant directement des nuances nécessaires au rendu de l’œuvre. Chacune d’entre elles est soigneusement définie, puis réalisée par le teinturier. L’artisan tufte ensuite sur la toile les brins de laine un à un, selon un plan préalablement établi. Lors de ce tuftage, des laines de couleurs différentes peuvent être mélangées pour créer de nouvelles nuances.
Les étapes suivantes, à savoir l’encollage, la coupe, le surpiquage, le rasage et le ciselage, permettent d’aboutir à une réalisation textile digne des plus grandes manufactures d’antan.

Chaque pièce réalisée nécessite en moyenne 100 heures de travail, chaque mètre carré comporte environ 320 000 brins de laine.

LA COLLECTION HADJER66
La collection HADJER66 est composée de dix œuvres textiles de grandes dimensions, pouvant être exposées sur les murs en tant que tapisserie ou au sol sous la forme de tapis.

Chacune des dix œuvres est éditée en huit exemplaires numérotés de un à huit.

La signature et le numéro du tirage sont tissés directement sur la toile pendant la création de l’œuvre.

Chaque exemplaire est un original identifié par une étiquette «bolduc» cousue au dos. Sur celle-ci sont reportés manuellement les différents éléments descriptifs, à savoir : nom de l’artiste, titre de l’œuvre, année de création, format, technique, atelier, justificatif de tirage et numéro de référence.

Afin de garantir l’authenticité et la limitation du tirage, deux numéros d’identification codés sont attribués à chaque exemplaire. Le premier, invisible, est inclus dans une contremarque scellée et intégrée à l’œuvre par l’atelier. Le second est inscrit manuellement sur le bolduc par l’éditeur.

La liste confidentielle de concordance entre les numéros des tirages et les numéros codés est déposée chez un huissier de justice à Paris.