retour

Rythme 3

Rythme 3 s’inspire des avions et du mouvement de leurs hélices pour peindre ces grands cercles donnant ainsi une impression de mouvements amples. Les possibilités dynamiques des disques colorés qui entrent en mouvement par la seule action physique du regard donnent leur rythme à la composition. La vision est activée par les jeux de courbes et de contre-courbes, des disques aux cercles concentriques de diverses épaisseurs qui se contrarient, et surtout par les couleurs qui s’opposent en complémentaires (rouge/vert, bleu/orangé) et en dissonances (rouge/bleu, rose/rouge, etc.).

Robert Delaunay a réalisé Rythme 3 en 1938 comme décoration pour le Salon des Tuileries. Il s’agissait d’une commande groupée (Sonia et Robert Delaunay, Albert Gleizes, André Lhote, Jacques Villon) pour des peintures monumentales. Celles-ci furent ensuite exposées en 1939 à l’exposition du groupe des Réalités nouvelles (considérée comme le premier Salon d’art abstrait), puis offertes à la Ville de Paris.