retour

Robert Delaunay

1885, Paris (France) – 1941, Montpellier (France)

Robert Delaunay débute sa vie professionnelle à 17 ans dans les ateliers du décorateur de théâtre Eugène Ronsin ; il y développe son goût pour la monumentalité et y apprend le rôle de la lumière et les jeux de perspective de l’espace scénique.

– 1904 : il produit ses premières œuvres peintes représentant des fleurs et des paysages.

– 1907 : il se lie d’amitié à Paris avec un groupe de jeunes artistes parmi lesquels on trouve Gleizes, Le Fauconnier, Léger et Metzinger.

– 1909 : influencé par Cézanne, s’ouvre la période cubiste de Robert Delaunay. Il met en place un principe de représentation ayant pour effet la désintégration de la forme. Pour lui, l’image doit éclater en fragments distincts dont les perspectives suivent des directions différentes. Son objectif : créer l’illusion de mouvements grâce à la couleur. Par juxtaposition des nuances polychromes, il obtient ce qu’il nomme des «vibrations».

– 1912 : à partir de cette date, Robert Delaunay va marquer l’histoire de l’art par la création d’un cubisme «orphique» qui reprend les principes de décomposition des formes par la lumière.

– 1930 : seconde grande période de création. Robert Delaunay croit, comme son épouse Sonia Delaunay, en un art total. Tout doit être art, depuis les intérieurs jusqu’aux vêtements. Il va donc imaginer des fresques destinées à recouvrir les parois de certains sites. Il réalise ainsi la décoration de deux palais de l’Exposition internationale de 1937, ou encore – en collaboration avec Sonia Delaunay, Albert Gleizes et Jacques Villon – il crée en 1938 des toiles monumentales pour le hall des sculptures du Salon des Tuileries.

Robert Delaunay est l’un des plus grands noms de l’art moderne. Ses œuvres sont passées dans la mémoire collective, telle cette vision grandiose de la tour Eiffel, véritable cascade de couleurs et sont présentes dans les collections d’art les plus prestigieuses.