retour

Amedeo Clemente Modigliani

1884, Livourne (Italie) – 1920, Paris (France)

Né dans une famille bourgeoise italienne, Amedeo Modigliani est élevé en partie par un grand-père érudit à la figure marquante, Isaac Garsin.

– 1899 : il arrête ses études pour commencer la peinture.

– 1906 : il arrive à Paris, acte décisif dans sa création. C’est là qu’il rencontre ceux qui font la modernité, les activistes les plus en pointe de l’avant-garde tels Pablo Picasso, qui va inventer le cubisme avec Georges Braque ; le peintre André Derain, collectionneur chevronné de ce que l’on appelle alors l’art nègre ou encore Guillaume Apollinaire, poète et critique d’art à l’œil infaillible. Les premières années parisiennes d’Amedeo Modigliani sont marquées par une quête esthétique qui fait la synthèse, dans sa sculpture, entre un certain cubisme et des références à des expressions lointaines comme l’art khmer, égyptien ou africain.

– 1914 : Amedeo Modigliani, de santé fragile, abandonne la taille de la pierre. Il continue ses recherches en matière de portraits dans les deux dimensions.

– 1917 : il s’installe avec Jeanne Hébuterne, étudiante en art qui devient son modèle principal. La même année, sa première exposition est organisée à la galerie Berthe Weill. Les nus exposés sont menacés de saisie par la police pour outrage à la pudeur.

– 1918 : son état de santé s’aggravant, il part se reposer dans le midi de la France où sa palette de couleurs s’adoucit. Il y peint les quatre seuls paysages que l’on connaisse de lui.

– 1919 : exposition à la Hill Gallery de Londres où il rencontre un grand succès.

Son œuvre est aujourd’hui présente dans les plus grandes collections d’art moderne du monde.